Un peu de technique !!!

La chaîne audio d'enregistrement est constituée de plusieurs éléments fondamentaux :

Le système microphonique, dont la constitution et la géométrie ont une importance capitale.

Le préamplificateur, qui alimente le microphone en énergie et amplifie le son à un niveau acceptable, est aussi important que le microphone pour la qualité du son. Les constructeurs sacrifient souvent cette partie très coûteuse dans leurs petites consoles numériques. Ainsi, les ingénieurs du son exigeants travaillent tous avec des préamplis extérieurs ou des consoles analogiques de très haute qualité : Neve et Studer en ce qui nous concerne.

La console va recevoir les différentes entrées, distribuer les signaux vers toutes les sorties souhaitées, régler les niveaux et mélanger les différentes sources. C'est là que l'analogique reste inégalé: dans le mélange des differents signaux pour créer le signal stéréo. C'est la sommation.

Ici 2 écoles s'affrontent. Les défenseurs du "tout numérique" qui devront nécessairement investir dans une console numérique haut de gamme, et les partisans de l'analogique qui préfèreront faire la sommation dans le domaine analogique et coder ensuite le signal stéreo en numérique pour le produit final. Les 2 méthodes sont possibles à L'Estive Prestations Audio, mais nous ne cachons pas notre préférence pour la sommation analogique !

Il faudra parfois ajouter aux micros de proximité de la réverbération artificielle, pour fournir le signal acoustique de la salle dont ils sont dépourvus puisque placés proche de la source. Là, le numérique fait merveille, les possibilités de réglage sont infinis, et l'effet saisissant de réalisme dans le cas des meilleurs constructeurs. Bien évidement, l'art de l'ingénieur du son sera nécessaire, pour marier avec bonheur ce signal artificiel avec le signal naturel des micros principaux, qui eux, captent également l'acoustique naturelle de la salle.

Le convertisseur Analogique - Digital va ensuite coder le signal en numérique. Le numérique n'est absolument pas indispensable jusqu'à l'enregistreur final, mais apporte des fonctionnalités intéressantes à l'ingénieur du son. Cependant, il faut garder à l'esprit que le numérique ne peut prétendre concurrencer l'analogique que dans sa composante haut de gamme, avec, en général, un budget en rapport.

Les sons seront dirigés ensuite vers un enregistreur informatique (Ordinateur transformé en enregistreur numérique multipiste) avec, (c'est plus prudent !), un secours hardware (Multipiste, Dat ou CD-R).

L'ordinateur permettra, à l'aide d'un logiciel spécialisé, de faire ensuite les éventuels montages qui permettront de garder les bonnes parties de l'enregistrement. Les possibilités sont là encore maintenant quasiment infinies et surtout annulables à tout moment. Lorsqu'un monteur analogique coupait la bande magnétique : c'était définitif, maintenant, toutes les opérations peuvent être annulées ou modifiées. C'est un avantage considérable.

Lorsqu'il n'est pas enregistré directement en stéréo, le signal doit être mixé pour obtenir un signal stéréo ou multicanal. La console est de nouveau indispensable pour cet office.

On voit donc bien que les investissements doivent être réalisés avec la parfaite connaissance des rôles et importance de chaque élément. Nous avons à L'Estive Prestations Audio, les meilleurs éléments à chaque étape du processus.

Nos marques :

N'hésitez pas à nous demander un devis !!

Haut de Page
Code et Design par Christian PREVOT. 2014.